NULL

Conjonctivite

14 août

Conjonctivite

Yeux rouges (conjonctivite)

L’œil rouge est un symptôme que l’on rencontre dans un grand nombre de maladies des yeux, des plus bénignes aux plus graves. La rougeur est généralement due à la dilatation des vaisseaux sanguins de la conjonctive, fine membrane recouvrant la partie antérieure de l’œil. On parle alors de conjonctivite. Elle se caractérise par une rougeur qui peut être associée ou non à des picotements, à des démangeaisons, à un gonflement des paupières, à une douleur, à un écoulement de larmes ou de pus jaunâtre pouvant souder transitoirement les paupières au réveil, voire à une baisse de la vue. L’œil peut également devenir rouge vif du fait d’une hémorragie localisée plus ou moins profondément. Dans ce cas, la coloration est le plus souvent brutale.

Les conjonctivites peuvent être provoquées par des virus, des bactéries, des pollens ou des poussières, ainsi que par une exposition excessive au vent, au soleil ou à la fumée.

  • La conjonctivite allergique associe une rougeur, des picotements, un larmoiement et d’autres signes allergiques comme une rhinite allergique ou des éternuements.
  • La conjonctivite virale peut être associée à une rhinopharyngite, un rhume ou à une autre maladie virale. Contagieuse, elle peut se transmettre par contact entre les yeux et les mains ou en piscine, lieu où l’on peut également développer des irritations dues aux produits chlorés de désinfection de l’eau.
  • La conjonctivite bactérienne peut être due à de nombreuses bactéries. Elle se caractérise, en plus de la rougeur et de la démangeaison, par un écoulement purulent pouvant souder transitoirement les paupières en se collant dans les cils. Le matin, la personne atteinte se réveille avec les yeux collés.
  • Enfin, la persistance d’yeux rouges liée à une fatigue oculaire, associée parfois à des maux de tête, peut être la conséquence d’un défaut de vision ou d’une simple sécheresse des yeux. Dans tous les cas, un diagnostic par le médecin s’impose.
  • Les conjontivites peuvent être très contagieuses. Lavez-vous soigneusement les mains avant tout contact avec vos yeux, notamment si une personne de votre entourage est atteinte d’une conjonctivite virale ou bactérienne.
  • Portez des lunettes de soleil. Elles protègent non seulement des rayons ultraviolets, mais aussi du vent et des poussières.
  • À la piscine, protégez vos yeux avec un masque ou des lunettes de natation.
  • Respectez rigoureusement les règles d’hygiène lorsque vous manipulez vos lentilles de contact.

Pour nettoyer les yeux collés atteints de conjonctivite, vous pouvez utiliser des compresses imbibées d’eau bouillie ou de soluté physiologique. Après avoir nettoyé l’extérieur des paupières, pensez à laver doucement l’intérieur de la paupière inférieure. Lavez-vous les mains avant et après avoir touché à un œil infecté.

Des collyres antiallergiques permettent d’atténuer les symptômes de la conjonctivite allergique : larmoiement, yeux rouges et picotements. En cas de signes associés importants tels que des picotements du nez, un nez bouché ou des éternuements, la prise d’un médicament antihistaminique antiallergique peut également être utile. Dans tous les cas, la persistance ou l’aggravation des signes au-delà de deux jours doit conduire à consulter le médecin.

Hormis ce cas particulier des conjonctivites allergiques récidivantes, une consultation médicale rapide s’impose. Le médecin pourra décider d’un traitement antibiotique en cas de conjonctivite bactérienne.

Les collyres antiseptiques peuvent être utilisés en traitement d’appoint des conjonctivites supposées bactériennes, sans signe de gravité. Si les signes persistent ou s’aggravent, seul un médecin est en mesure de prescrire le traitement adéquat. Les pommades antibiotiques sont réservées aux traitements des affections des paupières (comme l’orgelet).

Les collyres décongestionnants contenant un vasoconstricteur sont indiqués dans le traitement de l’œil rouge. Bien que vendus sans ordonnance, ils ne devraient être utilisés qu’après avis médical spécialisé. Les ophtalmologues en déconseillent l’usage en automédication. Vérifiez toujours la date de péremption et la durée maximale de conservation une fois le flacon ouvert.

Des collyres contenant des corticoïdes peuvent être prescrits en cas d’inflammation importante de la conjonctive. Ils ne doivent pas être utilisés sans un diagnostic précis, car ils peuvent aggraver certaines infections oculaires et provoquer des troubles visuels graves.

© Copyright - 2017 : All Rights Reserved. | Mentions Légales